Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/268

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
DCLIII[1]

Esbeïs est le duch, ne vos merveillés mie,
Qant il a oï le terme de si cortine vie,
15140Que ja n’i sanble long dou vespre a la complie.
La citex de qi parle l’angle e sa profecie
Ou il estoit Carlons con sa grant baronie
Ne seit qeil ele soit ni en qele partie ;
290 bNe seit s’il avoient Panpalonie seisie.
15145De la paor q’il oit la sang li est füie,
La color li mua, la façe anpaloïe.
Ne poüst un mout dir por l’onor de Pavie.
L’en chevaucheroit bien plus de liegue e dimie
Avant qe de parler avist nulle bailie.
15150A chief de tor se panse q’il fesoit vilanie
Qant celi veult fuïr c’onques non fu fuïe.
Un penser valoreus e plain de vigorie
I monta tel ou cors qe par pué q’il n’escrie :
« Or vo je tote oncir la pute gent ahie,
15155« Or voi destrur Espagne e la grant Aumarie
« E Sibilie e Granate, Moroch e Barbarie.
« Se je tant vivre doi, se Deu me benoïe,
« Ja n’avra grant repois cels q’a Deu ne sorplie. »
Quant oit ce dit le duch, cun une chiere pie
15160Se veit angenoiller sor l’erbete florie :
De ce qe Deu li otroie dousemant l’en mercie.
La respoise qe fist a Gabriel Marie
Fist le duch a li hermite, e dit cun chiere lie :
« Ecce servus Domini : si con lui ploit, si sie. »

  1. — 15139 Peut-être faut-il corriger en Qant a oï — 15145 qil eit, friie — 15146 faç — 15149 auit n. b. — 15150 sespanse qi f. u. — 15151 fuïr manque — 15153 par prie — 15154 la price g. a. — 15155 destur — 15156 granace — 15161 lĩ meretie — 15162 qi fist agabrel m. — 15163 heremite.