Page:Anonyme - L’entrée d’Espagne, tome 2.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
CCCXCIX[1]

Paiens s’aresterent par devant lor baniere.
Por le dit Ysorez se retrerent ariere ;
Devant la matre porte, qe fu de marbre piere,
9280Arestent l’estendars et la rice baniere.
Par devant l’oireflor s’aresta l’anperere,
Joste lui Salemuns et Naymuns de Baivere.
Au mielz q’il puet s’an torne, feisant mout leide ciere ;
Esconjurant an veit Jesu Crist e sa mere
9285Qe la fue q’il feit Rollant vendra ciere,
Cum s’afeit a traitors et a fils de leciere :
« Ainz ne fui je traïz par si fete mainere.
« Sir Diex, par cele grace qe donais a saint Piere
« Qe dou saint Pareïs lui donais la cleveire,
9290« Done onte celui qe amoie plus qe frere !
« Jameis tiel traïsuns, plus orible ni fiere
« Ne fist rois Peleüs, q’envoia por la mere
« Ses niés Jason a mort an l’isle Qalcantiere. »
Adonc pase des lices la porte batailere ;
9295Ne tornast uns defors par l’or de Salebiere.

CCCC[2]

François entrent es lices ou les penuns reiaus ;
Lor cors desarmerent ; mult i oit enavrez d’aus.
E Paiens en la ville tornerent comunaus ;
Les ponz ferent levier e serer les portaus.
9300183 aLe jors eurent heüs un crüel batistaus.
L’enperere en son tref fu forment d’ire caus ;
Anz ne l’ousent garder François ni Provençaus :

  1. — 9283 leite c. — 9284 xp̃u crist — 9293 au lisle qalẽcãtiere — 9294 A. pasi, porta b.
  2. — 9296 penuns remis — 9297 enaurez dãs — 9299 Les poinz, portãs — 9300 enrẽt, batistãs.