Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/133

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
61
ET AUTRES POÉSIES

Plus receller ne vous veulx riens
Du penser qu’envers vous j’avoye,
Puis qu’en moy [cuidez tant de biens.]
10Las ! tant que je puis me retiens
De vous hanter, car je maintiens
Que comme d’onneur la montjoye
Me mettez, se vous voy, ma joye,
A retourner la donc je viens,
15Puis qu’en moy [cuidez tant de biens]

LXIX[1]

Blosseville

(fol. 37)
Grant tort avez, par Nostre Dame,
A[2] m’occire[3], ma gente[4] dame ;
De corps et d’ame
Je vous sers le myeulx que je puis,
5N’ailleurs je ne quiers nulz appuys,
Ne ne fy[5], puis
Que je vous choysi comme[6] dame.
Desir de vostre amour m’enflame,
Et voyez bien que je vous ame,
10Veu que me clame
Vostre partout, et que tel suis ;
Grant tort avez, [par Nostre Dame.]

  1. LXIX. Ce rondeau se trouve aussi deux fois dans le ms. fr. 1719 de la Bibl. nat., fol. 69 et 130 v°.
  2. Ms. fr. 1719 (1) et (2) De.
  3. Ms. fr. 1719 (1) me tuer.
  4. Ms. fr. 1719 (2) chere.
  5. Ms. fr. 1719 (1) et (2) Ne sy ne.
  6. Ms. fr. 9223 toute.