Page:Apollinaire - L’Enchanteur pourrissant, 1909.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lui-même, qu’espère-t-il ? Rien que de confus et pourtant il est plus proche d’une métamorphose que vous.

Mais les guivres ne comprirent pas le sens du discours de Béhémoth et s’en allèrent avec leurs guivrets, vers leurs gîtes accessibles, en se léchant les lèvres pour les faire paraître plus rouges.

Les Sphinx parlèrent alors :

« Notre but est différent aussi. Nous posons des énigmes pour avoir le droit de mourir volontairement. Adieu. »

BÉHÉMOTH

Qu’il s’en aille, ce troupeau qui est toujours sur le point de mourir. S’il restait, le jeu n’en finissait plus. Ils seraient vainqueurs, puisque nous ne sommes que des bêtes. Jolis sphinx, allez vers Orkenise ou Camalot, vous y trouverez peut-être des savants subtils qui ne négligeront rien, ni jeûnes, ni veilles, afin que vous puissiez mourir volontairement et même pompeusement.

LES SPHINX

Béhémoth, ne nous conseille pas ! Ici, près de la tombe sont épars des ossements de sphinx. En demeurant auprès de vous nous pourrions mourir, mais non grâce à vous. Pour votre bonheur, nous irons ailleurs chercher la mort volontaire. Adieu.

Le joli troupeau de sphinx s’en alla et rejoignit Pan, son berger.

LES SCORPIONS

Nous nous en irons aussi. Notre but est autre, c’est de mourir volontairement, mais non pas comme meurent les sphinx. Nous mourrons par notre volonté. Nous n’espérons pas le suicide, nous le pratiquons à l’occasion, quand il nous plaît. Adieu.

BÉHÉMOTH

Scorpions, vous êtes injustes. Allez-vous-en, vous êtes indignes de vivre, même pour l’expérience de la mort involontaire.

Les scorpions s’en étant allés, il ne resta plus auprès du tombeau de l’enchanteur que des animaux disposés à l’expérience. Les animaux ni mâles ni femelles se mirent à chercher les provendes quotidiennes selon leurs habitudes. Sur un signe de Béhémoth, les animaux de sexes différents se mêlèrent et s’accouplèrent selon leurs goûts et leurs races.

Or, l’enchanteur mort avait tout entendu et comme il détestait les troupeaux, les