Page:Apollinaire - Le Flâneur des deux rives.djvu/122

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche