Page:Apollinaire - Les Onze mille verges, 1911.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
46
LES ONZE MILLE VERGES


gre. Le cul tressaillait sous chaque coup de baguette, puis ce fut le dos, le ventre, les cuisses, les seins qui reçurent la dégelée. En gigottant et se débattant, Alexine rencontra la bitte de Mony qui bandait comme celle d’un cadavre. Elle s’accrocha, par hasard au con de la jeune femme et y pénétra.

Cornabœux redoubla ses coups et tapa indistinctement sur Mony et Alexine qui jouissaient d’une façon atroce. Bientôt la jolie peau rose de la jeune blonde ne fut plus visible sous les zébrures et le sang qui coulait. Mony s’était évanoui, elle s’évanouit bientôt après. Cornabœux dont le bras commençait à être fatigué, se tourna vers Culculine qui essayait de tailler une plume à La Chaloupe. Mais le bougre ne pouvait pas décharger.

Cornabœux ordonna à la belle brune d’écarter les cuisses. Il eut beaucoup de peine à l’enfiler en levrette. Elle souffrit beaucoup mais stoïquement, ne lâchant pas la pine de La Chaloupe qu’elle suçait. Quand Cornabœux eut bien pris possession du con de Culculine il lui fit lever le bras droit et lui mordilla les poils des aisselles où elle