Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences, tome 13.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


DISCOURS DE M. FLOUR1NS SKriliUv pttpitwl de l’AdJéuil» if« >oleu«i PRONONCÉ AUX FUNÉRAILLES DE FRANÇOIS ARAGO LE MBRCKBDI & OCTOBRE 1853 Messieurs, La mort nous surprend toujours. Depuis plus de six mois, une maladie cruelle devait nous ôler toute espérance de voir M. Arago revenir parmi nous ; et cependant le coup qui nous frappe nous a aussi profondément consternés que s’il eût été imprévu. C’est que le vide que certains hommes laissent après eux est encore plus grand que nos craintes mômes n’avaient pu nous le représenter, et que