Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences, tome 13.djvu/95

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


SUtt l,EB UBUVHKS D’AIIAGO. i.um

beaucoup ajouter h la puissance des moyens de défense de la ville (tome VI des Œiwres, page 8G). Le troisième volume des notices scientifiques a été consacré, comme le précédent, aux grandes questions d’intérêt public dont M. Arago s’est occupé. L’illustre physicien a été nommé membre de la Commission des phares, le 21 juillet 1813, par le comte Molé, alors directeur général des ponts et chaussées-, il était encore considéré comme faisant partie de cette Commission au moment de sa mort. M. Arago rappelle lui-même qu’il eut le bonheur de faire attacher Fresnel au service des phares et d’amener ainsi à Paris cet homme de génie.

L’éclairage de nos côtes, l’établissement des signaux nécessaires pour indiquer aux navigateurs pendant les ténèbres de la nuit les récifs dangereux ou l’entrée des ports, ont été l’objet de ses méditations pendant plus de quarante années. La Notice sur les phares est le résumé des travaux auxquels il a pris part. En plusieurs circonstances, il a publié quelques-unes de ses recherches. Le 13 novembre 1815, M. Arago lut à l’Académie des sciences un rapport sur un phare à réflecteur parabolique construit par Lenoir ; ce rapport a été inséré dans le tome XCVI des Annales de chimie. MM. Arago et Fresnel imaginèrent ensemble des becs de lampes à mèches concentriques, dont la description