Page:Archives israelites 13.djvu/274

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


268 ncnivss des dissidences particulières entre les dogmatistes; mais enfin ces dissidences existent, et, dès lors, il n’a pu s’at�cher aux sys- tèmes de ces illustres maîtres une autorité suffisante. Et cepen- dant, il est d'une importance capitale pour nous d’établir en dé- finitive et à une unité près, quels sont les dogmes du judaïsme; s‘il en est d'absolus et de relatifs , d'essentiels et de secondaires; ce que Moïse a professé, ce que professe aujourd`hui la Synago- gue relativement à la nature de Dieu, à la création, à l‘existence des bons ou des mauvais anges, au libre arbitre de Phommo, à l’immortalité de l‘âme, à l’avénement du Messie et à ses consé- · quences, à la rémunération future et à sa durée , à la résurrec- tion , etc. Et il s'agit enfin de savoir, constatation faite de ces croyances, sur quelles bases, traditionnelles ou scripturaires, elles s'appuient. Quant à nous, je l’ai déjà dit, nous n’aurons pas la prétention, après tant d’éminents docteurs, de créer une dog- matologie juive et moins encore de l’imposer; elle doit sortir pour nous de l'auaIyse et de l’histoire, mais non de la spécula- tion individuelle. Notre rôle se bornera donc à passer en revue les principaux éléments que renferment, à cet égard, le canon biblique et celui de la tradition , puis à apprécier les différents systèmes qu'en ont déduits nos dogmatistes, en les imprégnant · plus d'une fois des résultats d'une philosophie étrangère. C’est ainsi que nous aurons à signaler, dès les premiers chapi- tres de la Genèse, la cosmogonie de Moise, sa doctrine sur la spiritualité de l’àme, sur la liberté morale, sur la nature du mal et sa subordination au bien; dans l'Eœode et le Deutéronome, l’uuité et la spiritualité de Dieu, la consécration formelle du li- ' hre arbitre, le germe des espérances messiauiques, les premiers linéaments de la loi orale et de l’autorité synagogale; dans les livres post-mosaîques`, les passages messiauiques ou considérés comme tels, notamment dans les Prophètes; ceux où sont abor- dées ces graves questions du bien et du mal , de la providence divine et de la destinée humaine, soit iucidemment, comme dans certains passages des Psaumes, des Lamentations et d'lsai2, soit expressément comme dans Job et l'E'oclés£aste. Puis, dans les uns comme dans les autres, nous ferons l‘inventaire des nombreuses données que nous offre la Bible sur ce monde mystérieux, qui