Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 1.djvu/197

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


armes et la facilité à les manier : ils se servirent encore de cet avantage, dans les combats qu’ils livrèrent pour la conquête de leurs droits naturels. En général, ces hommes étaient d’excellens chasseurs ; et Moreau de Saint-Méry lui-même, à qui nous avons reproché ses préjugés au commencement de la révolution, reconnaissait, avant cette époque, l’utilité dont ils pourraient être pour la défense de la colonie[1]. C’est à cette aptitude incontestable reconnue aux hommes de couleur, que l’on dut l’idée, suggérée sans doute par le comte d’Estaing, ancien gouverneur de Saint-Domingue, qui en a fait enrôler six cents d’entre eux pour faire partie de son expédition en Géorgie, lorsque la France soutenait les colonies anglaises insurgées contre leur métropole[2].

Sous le même maître charpentier qui enseignait le métier à Borgella, il y avait un autre jeune homme de couleur, de l’une des familles du Fond-Parisien qui, en avril 1790, résistèrent aux blancs. Ce jeune homme se sauva de la Croix-des-Bouquets pour aller avertir ses parens des dispositions que l’on faisait au Port-au-Prince contre eux. Avant de partir, il confia son intention à son compagnon, et Borgella en garda le secret. Lorsqu’il vit passer, à la Croix-des-Bouquets, le détachement qui allait au Fond-Parisien, il éprouva une vive indignation de l’injustice qui armait ces blancs. Ses idées

  1. Moreau de Saint-Méry, Description de la partie française, tome 1er, page 625, et tome 2, pages 41, 42 et 55.
  2. Avant cet enrôlement, qui eut lieu en 1779, il y en avait eu un autre formé par M. de Beizunce, en 1762, à la fin de la guerre dite de 7 ans ; alors ces chasseurs de couleur étaient au nombre de 550. (Moreau de Saint-Méry, tome 1er, page 172.) Le comte d’Estaing succéda à M. de Beizunce, et les trouva encore réunis, en 1764, dans un camp formé dans la paroisse du Trou, dans le Nord. En 1783, M. de Bellecombe composa un nouveau corps de chasseurs de couleur pour la défense de la colonie : la paix survint, et il fut licencié.