Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 1.djvu/260

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


acceptation. Le roi avait dit « qu’il regardait le décret du 24 septembre comme le complément de la constitution, dans les rapports de la France et de ses colonies. »

Ainsi Louis XVI approuvait entièrement que le décret conférât aux colons le droit de disposer seuls du sort des mulâtres et des nègres !

C’était toujours, relativement à ces derniers, le même monarque auteur de tant d’autres ordonnances que nous avons déjà citées. Il croyait, de même que l’assemblée nationale, maintenir l’autorité de la France à Saint-Domingue, en maintenant le régime colonial dans toute sa rigueur ; et il sapait l’une et l’autre dans leurs bases !

On aperçoit la main de Dieu dans tous les actes de la métropole, depuis 1790 jusqu’à 1802. Lorsque les gouvernemens sont injustes, il sait les punir de leurs mauvais sentimens, par l’effet même de leurs actes.