Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 1.djvu/391

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Sur qui doit retomber la responsabilité de cet affreux état des choses ? Qui doit répondre devant Dieu, père commun de tous les hommes, qu’il a créés pour s’aimer et se secourir les uns les autres dans les peines inévitables de la vie ; qui doit répondre de tout le sang quia été répandu, de toutes les horreurs qui souillent ce beau et fertile pays ?

Sont-ce les opprimés qui souffraient depuis deux siècles, de toutes les injustices connues dans l’état social, qui réclamaient les droits qu’ils tiennent de la nature ?

Ne sont-ce pas plutôt leurs cruels oppresseurs qui ajoutaient à leurs injustices séculaires la haine qu’enfantent la cupidité, l’avarice et toutes les viles passions nées de l’intérét ?

Ne sont-ce pas encore les premiers législateurs de la France révolutionnaire, et son gouvernement si longtemps habitué à décréter des ordonnances pour river les fers des opprimés ?

Oui, sans doute, c’est à l’assemblée nationale constituante de France, c’est au gouvernement royal, mais c’est surtout aux colons de Saint-Domingue qui les ont constamment circonvenus, égarés ; c’est à eux de répondre devant Dieu, de tous les désastres qui ont désolé cette colonie.

Heureusement qu’une nouvelle assemblée nationale survient dans la métropole. Elle compte dans son sein des hommes aussi généreux, aussi justes que quelques membres de la constituante qui se firent les ardens défenseurs de la race noire ; mais plus favorisés que ceux-ci par les progrès de la révolution, ils influent plus puissamment sur les résolutions de la législative ; ils entraî-