Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 2.djvu/419

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Nous voyons ensuite, dans des notes du rapport, que Laveaux écrivit une seconde lettre à Chevalier, le 2 mai, et une première à Toussaint Louverture, le 5 mai. Le 17, Chevalier répond ; le 18, Toussaint répond également : alors, tous les deux avaient fait leur soumission à Laveaux. Le 4 mai, ils arborèrent le pavillon tricolore.

Deux documens de ce gouverneur, publiés à Paris, semblent se contredire sur l’époque précise de cette soumission. Tâchons de les accorder en les expliquant.

Dans un discours que prononça Laveaux au conseil des Anciens, le 3e jour complémentaire de l’an V (19 septembre 1797), il dit de Toussaint Louverture : « Il a combattu contre nous jusqu’au 6 avril 1794 ; il ne combattait que pour la liberté des noirs : on lui avait dit qu’un roi seul pouvait donner cette liberté générale. Quand, à cette époque, j’ai pu lui prouver que la France republique accordait cette liberté, il s’est rangé sous le pavillon tricolore et a combattu les Espagnols dans le bourg des Gonaïves dont il s’est emparé, et a rendu républicains près de cinq mille noirs armés qui ont combattu avec lui. »

Et dans son compte-rendu du 1er floréal an V (20 avril 1797), quelques mois avant le discours ci-dessus, Laveaux avait écrit : « Enfin, le 6 mai, le brave Toussaint Louverture est venu se ranger sous les drapeaux de la république avec quatre mille noirs, après avoir chassé les Espagnols des Gonaïves et planté dans ces lieux l’étendard tricolore. Les difierentes paroisses où il commandait pour le roi d’Espagne s’empressèrent de suivre son exemple. »

Il nous semble que ces deux documens, ces deux dates s’accordent en ceci : — que jusqu’au 6 avril 1794, Tous-