Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 4.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


moulins et d’un chasseur, ils en portèrent une sur leurs épaules : l’autre resta au pouvoir de l’ennemi.

En ralliant sa troupe sur l’habitation Desnoyers, Rigaud, retournant dans le Sud, envoya Borgella prendre le commandement du bourg de Baynet. Là, il s’occupa de faire des envois de vivres aux assiégés de Jacmel, malgré les difficultés qu’offrait au passage des embarcations, la flotille que commandait Boisblanc. De temps en temps, d’autres embarcations venaient de ce port avec des blessés : il leur prodigua tous les secours dont il pouvait disposer. Le chef de bataillon Bazelais, blessé à la défense du fort de Léogane, dans la nuit du 5 au 6 janvier, et venu aussi à Baynet, fut l’objet d’attentions et de soins particuliers de sa part.

Peu de jours avant l’évacuation de Jacmel, Borgella tomba dangereusement malade. Rigaud ayant appris cette circonstance, lui envoya l’ordre de retourner aux Cayes, dès qu’il le pourrait : il refusa d’abord d’obtempérer à cet ordre, et ne quitta Baynet que le 15 avril, aux ordres de Lacole, son adjudant de place, qui l’évacua en l’incendiant, huit jours après.

Au lieu de se rendre aux Cayes, Borgella se porta dans les hauteurs de Saint-Michel où il apprit par Renaud Ferrier, la mort de Renaud Desruisseaux, son frère, de Cochin et de plusieurs autres de ses amis. Apprenant alors l’évacuation du Grand-Goave, il se rendit au Petit-Goave où il arriva au moment que Pétion évacuait cette place. Borgella rencontra Rigaud à l’Acul, et reçut l’ordre de se transporter de suite au Pont-de-Miragoane pour arrêter les fuyards. De là, Rigaud l’envoya aux Cayes, afin de réunir tous les dragons disponibles et de revenir avec eux à l’armée.