Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 7.djvu/573

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


de quelques partisans de Pélion. — Borgella protège la vie du général Wagnac. — Proclamation de Rigaud, accordant amnistie aux soldats en fuite. — Wagnac est l’auteur de leur révolte. — S’il a agi d’après les instructions de Pétion. — Maladie de Rigaud, chagrins qu’il éprouve. — Pétion va au Pont-de-Miragoane avec des troupes, et revient au Port-au-Prince. 389


Conspiration avortée du général Delva. — Il résiste a son emprisonnement et sort du Portau-Prince. — Émotion dans la ville. — Promotion des généraux Métellus et Boyer au grade divisionnaire : ce dernier est nommé commandant de l’arrondissement du Port-auPrince. — Ordre du jour du Président d’Haïti sur la conspiration. — Delva vient faire sa soumission et est mis en prison. — Il est jugé et condamné à S années de détention. — Appréciation de. sa conduite. — Pétion provoque du sénat des dons nationaux en faveur des généraux. — Loi a cet effet. — Effet moral et politique de celle mesure. — Comparaison sur la nature de ces dons et des fiefs accordés par Christophe. — Mort d’André Rigaud aux Cayes. — Appréciation de sa conduite. — Le conseil du Sud élit le général Borgella a sa place. — Proclamation pacifique du nouveau général en chef. — Il écrit a Pétion et propose des arrangemens entre le Sud et l’Ouest. — Phases de la négociation. — Esprit qui anime le conseil du Sud, ses instructions a ses commissaires. — Esprit qui anime Pétion, ses instructions a ses commissaires. — Ils se réunissent au Grand-Goave et ne s’entendent pas : rupture des conférences. — Pétion informe le sénat de ces négociations infructueuses. — Le conseil du Sud publie tous les documens y relatifs. — — Espérances qui en résultent pour la fin de la scission du Sud 428


Défection d’une partie de la flotte de Christophe en faveur de la République. — Capture, après combat, de la frégate haïtienne par une frégate anglaise qui l’amène a la Jamaïque. — Borgella se plaint de cette action aux autorités de cette île. — Sa réclamation n’est pas admise. — Naufrage de son envoyé, qui est secouru et ramené aux Cayes par une frégate anglaise. — Codification des lois du royaume de Christophe en un code unique sous le titre de Code Henry. — Examen de celte législation : sévérité barbare de la loi pénale militaire. — Proclamation de Christophe sur la défection de sa flotille, et annonçant sa campagne contre le Port-au-Prince. — Les arrondissemens de Jérémie et de Tiburon proclament l’autorité du Président d’Haïti. — Borgella marche contre Jérémie et renonce bientôt a ce dessein. — Ses dispositions, en apprenant que Pétion envoie une députation auprès de lui. — Défection des troupes qui sont avec lui : elles rentrent aux Cayes où le général Wagnac rétablit l’autorité du Président d’Haïti. — Le général Bonnet est retenu prisonnier. — Défection du général B. Leblanc et de l’arrondissement de Nippes. — Borgella se rend a Aquin où il se réunit a d’autres généraux du Sud. — La députation de Pétion l’y trouve et lui remet sa dépèche : propositions du président. — Borgella persuade les généraux réunis autour de lui, de se soumettre a l’autorité du Président d’Haïti. — Sa réponse parvient à Pétion au Petit-Goave. — Ordre du jour de Pétion en entrant dans le Sud. — Son entrevue, à Trémé, avec Borgella et les autres généraux. — Ils se rendent tous aux Cayes. — Pacification entière du Sud. — Fuite de Bruno Blanchet à l’étranger. — Le général Bonnet demande et obtient un passeport pour s’y rendre. — Pélion fait brûler les archives du conseil départemental. — Lettres blâmables du général Boyer à Pétion. — Dispositions militaires qu’il fait au Port-au-Prince, en apprenant la marche de Christophe. — Il en avertit Pétion. — — Récit de l’apparition antérieure d’une prétendue Vierge au Cul-de-Sac. — Bataille de Santo où l’ennemi est vainqueur, mais qui sauve le Port-au-Prince. — Le général Magny