Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 9.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


onze mille sept cent quatre-vingts gourdes et onze centimes, pour solde définitif de toutes les réclamations et répétitions quelconques et de quelque nature qu’elles puissent être, que le sieur Jacob Lewis ou ses associés pourraient prétendre pouvoir faire au gouvernement de la République d’Haïti. »

Port-au-Prince, le 6 de décembre 1821.
Signé : D. Robinson. »

Le lecteur pourrait se demander : À quoi bon reproduire dans une histoire le texte d’un tel document ? Mais nous lui répondrions : Avec un gouvernement tel que celui des États-Unis, ayant de tels citoyens, un pays comme Haïti doit conserver dans ses archives diverses les preuves de sa libération, en fait d’argent, sous toutes les formes possibles. Convaincu de cette nécessité, Boyer fit publier à ce sujet une petite brochure, en janvier 1822, où nous trouvons la plus grande partie des documens produits dans cette affaire.