Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/105

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE CHŒUR.

S’il ne cède pas à cette raison, dis qu’il est de mauvaise lignée.


KLÉÔN.

Tu ne me laisseras point parler ?


LE MARCHAND D’ANDOUILLES.

Non, de par Zeus !


KLÉÔN.

Mais si, de par Zeus !


LE MARCHAND D’ANDOUILLES.

Non, par Poséidôn ! Mais qui parlera le premier, c’est ce que je commencerai par débattre.


KLÉÔN.

Oh ! j’en crèverai.


LE MARCHAND D’ANDOUILLES.

Non, je ne te laisserai pas.


LE CHŒUR.

Laisse-le donc, au nom des dieux, laisse-le crever !


KLÉÔN.

Mais d’où te vient cette hardiesse de me contredire en face ?


LE MARCHAND D’ANDOUILLES.

De ce que je me sens capable de parler et de cuisiner.


KLÉÔN.

De parler ! Ah ! vraiment, s’il te tombait quelque affaire,