Page:Aristote - La Morale d’Aristote, Ladrange, 1856.djvu/872

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


350 MORALE A NICOMAQUE.

��CHAPITRE XI.

Sous toutes les formes de gouverueraents, les sentiments d'amitié et de justice sont toujours en rapport les uns avec les autres. — Les rois, pasteurs des peuples. — Bienfaits de l'association pa- ternelle. — L'affection du mari pour la femme est aristocratique ; celle des frères entr'eux est timocratique. — La tyrannie est la forme politique où il y a le moins d'affection et de justice ; la dé- mocratie est celle où il y en a le plus.

§ 1. L'amitié, dans chacun, de ces États ou gouverne- ments, règne dans la même mesure que la justice. Ainsi, le roi aime ses sujets à cause de sa supériorité, qui lui permet tant de bienfaisance envers eux ; car il fait le bonhear des hommes sur lesquels il règne, puisque grâce aux vertus qui le distinguent, il s'occupe de les rendre heureux avec au- tant de soin qu'un berger s'occupe de son troupeau. Et c'est en ce sens qu'Homère appelle Agamemnon : h Le pasteur des peuples. » § 2. Tel est aussi le pouvoir paternel; et la seule différence c'est que ses bienfaits sont plus grands encore. C'est le père qui est l'auteur de la vie, c'est-à-dire, de ce qu'on regarde comme le plus grand des biens. C'est le père qui donne la nourriture à ses enfants et l'é- ducation, soins que l'on peut attribuer aussi k des ascen-

��Cli. XI. Gr. Morale, livre I, cli. fie en partie la lougue digression qui

31; Morale à Eudème, livre VII , précède. — Homère appelle Agamem-

ch. 9 et 10. non. Epithète appliquée souvent à

§ 1. L'amitié dans ckneun de ees d'autres, rois encore qu' Agamemnon.

Etats. Voilà ce qui explique et justi- § 2. Ses bienfaits sont plus grandi

�� �