Page:Artin Pacha - Contes populaires inédits de la vallée du Nil, 1895.djvu/263

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que jamais, ne sachant quoi penser de cette délicieuse aventure.

Neuf mois plus tard elle accoucha d’un garçon, qu'elle nomma Haroun, sans que le prince se doutât de rien.

La seconde année, le prince retourna en dahabieh et sa femme le suivit comme elle l’avait fait un an avant.

Tout — sans exception — ce qui s’était passé la première fois, se renouvela encore et, une fois les voluptueux moments écoulés, elle lui demanda le nom de l’endroit où ils se trouvaient ; il lui répondit : Karoun.

Chacun se retira de son côté et neuf mois plus tard elle accouchait d’un second garçon qu’elle nommait Karoun.

La troisième année tout se renouvela de même.

Elle lui demanda le nom du village qu’ils avaient devant eux, il lui dit : Jekh-el-nour, (source de lumière).

Neuf mois après ces délicieux moments, elle accoucha d’une fille qu’elle nomma Fekh-el-Nour.

Quelque temps après, elle apprit que le