Page:Asselineau - Le Livre des ballades.djvu/195

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


veur du roi, entra un des premiers dans la lice ; & Mme Deshoulières, flattée d’avoir à combattre un tel champion, répondit à la Ballade qu’il avait compoſée, ſur les mêmes rimes, & avec le même refrain que la ſienne. Le duc de Saint-Aignan répliqua ; madame Deshoulières ripoſta de nouveau. » Voici ces diverſes répliques :


Réponse de M. le duc de Saint-Aignan.
Balade.


A caution tous ne ſont pas ſujets,
Autre maxime en ma tête eſt écrite ;
Et pour parler de mes tourment ſecrets,
Oncques de cour ne connus l’eau bernte.
Si dans mains cœurs probité plus n’habite,
Au mien les faits ſuivent toujours les dits.
Pur moi l’Aſtuce au monde n’eſt venuë,
D’amans loyaux ſi la mode eſt perduë,
Moy j’aime encor comme on aimoit jadis.

Nul riche atour, nul nombre de valets,
Ne contribue à mon peu de mérite.
Toûjours me tiens au rang des plus diſcrets :
Tant mieux pour moy ſi la troupe eſt petite,
Amour chez moy n’eſt jamais décrépite,
El quand les ſots ſont les plus aplaudis
Dûſſay-je en tout paſſer pour une grue,
Faveur ſe cache aujſſi-tôt qu’obtenuë,
Tant j’aime encor comme on aimait jadis.