Page:Augustin Crampon - La Bible, édition en un volume, Desclée, 1904.djvu/272

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Chap. XVII, 48.

I« LIVRE DE SAMUEL.

Chap. XVIII, 16.

le maitre de la guerre, et il vous a Iivres 1 a Fame de David, et Jonathas Taima entre nos mains.

comme son ame. Ce meme jour Saul 2

Le Philistin s’etant leve se mit en mar- ! prit David aupres de lut et ne le laissa 

che et s’avanca au-devant de David, et pas retourner dans la maison de son David se hata de courir vers le front de pere. Et Jonathas fit alliance avec Da- 3

i’armee a la rencontre du Philistin. II vid, parcequ’il I’aimait comme son ame. 

mit la main dans sa gibeciere, en retira II ota le manteau qu’il portait et le donna 4 une pierre et la lanca avec sa fronde ; il a David, ainsi que ses vetements, jusfrappa le Philistin au front, et la pierre qu’a son epee, jusqu’a son arc et jusqu’a s enfonca dans son front, et il tomba le sa ceinture. David allait au combat ; 5

visage contre terre. Ainsi David, avec partout oil l’envoyait Saul, sa sagesse 

une fronde et une pierre, tut plus fort i lui assurait le succes ; il fut mis par Saul que le Philistin, il le frappa a mort, sans j a la tete des gens de guerre, et il plaisait

avoir d epee a la main. 11 courut, s ? ar- a tout le peuple, meme aux scrviteurs 

reta pres du Philistin, et s’etant saisi de du roi. son epee qu’il tira du fourreau, il le tua Quand ils firent leur entree, que David 6 et lui coupa la tete. revint apres avoir tue le Philistin, les

Vovant leur heros mort, les Philistins femmes sortirent de toutes les villes d’lsprirent 

la fuite. Et les hommes d’lsrael et rael, en chantant et en dansant, au-dedejudaseleverentenpoussantdescriset vant du roi Saul, avec des crisdejoie, poursuivirent les Philistins jusqu’a Ten- ’ au son des tambourins et des triangles. tree de Geth et jusqu’aux portes d’Acca- Les femmes en dansant se r^pondaient 7 ron. Les cadavres des Philistins jonche- les unes aux autres : rent le chemin de Saraim jusqu’a Geth et Saal a tu6 ses mille,

jusqu’a Accaron. Aleurretour delapour- Et David ses dix milk. 

suite des Philistins, les enfants d’lsrael Saul fut tres irrite, et ces paroles lui de- 8

pillerent leur camp. David prit la tete du , plurent ; il dit : " On en donne dix mille 

Philistin et la fit porter a Jerusalem, et il a David, et a moi on donne les mille ! II mit dans sa tente les armes du Philistin. ne lui manque plus que la royaute." Et 9

Lorsque Saul avait vu David s’avan- ; Saiil voyait David de mauvais ceil, a 

cer a la rencontre du Philistin, il dit a partir de ce jour. Abner, chef de I’armee : ** De qui ce j Le lendemain, un mauvais esprit m~ 10 jeune homme est-il fils, Abner ?" Abner voyi de Dieu saisit Saftl, et il eut des repondit : " Aussi vrai que ton ame est ; transports au milieu de sa maison. David

vivante, 6 roi, je Tignore." Le roi luijjouait de la harpe, comme les .autres 

dit : " Informc-toi done de qui est fils ce jours, et Saul avait sa lance a la main.

jeune homme." Quand David fut de re* Saul brandit sa lance, disant en luitour 

apres avoir tue le Philistin, Abner mhne : " Je transpercerai David et la le prit et le mena devant Saul ; David , paroi ; " mais David esquiva le coup par avait a

Saul lui 

homme. *-... VH . W . „ r ~~— . ,- — . . —

fils de ton serviteur, Isai de Bethleem." > sonne, et il Tetablit chef de mille horn mes, et David sortait et rentrait a la vue


chap, xviii. — A mitiedejonai ’has pour du pe U pi e . David se montrait habUe 14 David. Chant de femmes d’ Israel et dans toutes ses entreprises, et J£hovab Jalousie de Saiil. Saiil donne sa jille j ^^ avec ^ gaul, voyant qu’il dtait 15 Michol pourfemme a David. t tT ^ s habile, avait peur de lui ; mais tout 16 IS Lorsque David eut acheve de parler Israel et Juda aimaient David, parce a Saul, Tame de Jonathas fut attachee qu’il rentrait et sortait sous leurs yeux. . Sans avoir, etc. Mieux pcut-etre la Vulg. thas n’y est pas toit de la meme manicre, L _.. -.. : — . . s* ^ xviii, 6 se rattachc 6videmmeat a xvii, 54. XVIII, 5. Sa sagesse lui assurait U succes :

le verbe h&r. yaskil signifie a ta fois Mrs sage au prudent et riussir. D’autres, David altaii partout oil l’envoyait Satil % et il riussusait, ou bien, il se montrait habile (Vulg X

io. // eut des transports, des acces de fureur : etat offrant quelque ressemblance exterieure

avec celui de Textase prophetique ; d’ou l’expression Wbr. Hnnabi. Volg., il prophitisa ; voy. I Roi*, xxii, aa et comp. AdL xvi, i6*i5 ; xix, 15 ; rattache ces mots au verset suivant : Comme

il n avait pas d’/pfe a la main, David cou-

rut, etc.

. Jusqu’a Ventri* de Geth ; e’est ainsi

qu’oat traduit les LXX. Le texte hlbreu adluel potte t jusgu’d une valUe (gal lecon <fvidcmmeat alt^r^e (pour gala) et reprodaite par la Vulgate.

, Le morceau xvii, 55-xviii, 5, omis dans le

Cod. Vatic*, paralt emprunt^ a un document

different pour supplier a une lacune du prece* dent rdcit ; en eflEet, outre que le nom de Jona- 1 I Jean, iv, 1-3. - 354 -