Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/137

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


arbre, et à cette heure il est couché. Nous verrons cela demain. »

La nuit fut bonne ; le malade allait bien. M. Robinson dit, en secouant la tête, qu’il ne trouvait pas de sujets de crainte ; alors Charles Musgrove ne sentit pas la nécessité de se confiner plus long-temps. La bonne Alice ne quittait pas Charles ; qu’est-ce qu’il y avait à faire pour le père ? « Il serait, disait-il, tout-à-fait absurde de m’enfermer chez moi, où je ne suis d’aucune utilité, parce qu’un petit étourdi s’est laissé tomber. » Ses parens desiraient le présenter au capitaine ; il était de son devoir de leur complaire, et nul obstacle ne s’y opposait.

Après s’être ainsi encouragé lui-même à résister à sa femme, dont il prévoyait la contradiction, il déclara fièrement son intention de s’habiller, et d’aller dîner à la grande maison : « L’enfant est très-bien pour son état, lui dit-il ; je viens de le dire à mon père, et de lui promettre que j’irais dîner avec le capitaine, et il m’a fort approuvé. Votre sœur étant avec vous, chère Maria, je n’ai aucun scrupule de vous laisser : je comprends bien que vous ne vouliez pas quitter votre enfant ; mais vous voyez que je lui suis fort inutile ; vous