Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE IX.


Le capitaine Wentworth était à Kellinch-Hall comme chez lui, et cette belle demeure aurait dû seule lui rappeler le temps de son amour pour Alice. Son intention n’avait d’abord été que d’y passer quelques jours, et d’aller ensuite en Stropshire, où son frère Edward était marié ; mais bientôt l’amitié que lui témoignaient l’amiral et Sophie, et plus encore l’attirait de la société d’Uppercross, le firent renoncer à son projet de départ ; il trouvait là tant de bienveillance, tant de flatterie, une réception si séduisante, si cordiale, qu’il en était enchanté : les deux vieillards étaient si bons, si hospitaliers, les jeunes gens si agréables, qu’il résolut de rester, et de croire encore, sur parole, à tous les charmes de sa belle-sœur miss Edward Wentworth.

Insensiblement, il vint tous les jours à Uppercross dès le matin ; alléguant, pour prétexte, que sa sœur et son beau-frère étaient continuellement en course, tant ils étaient