Page:Austen - La Famille Elliot T1.djvu/260

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


time. J’ai prévu le danger, et n’ai point su lui résister comme je l’aurais dû. Si vive, si décidée ! eh dieu, quel remords déchirant ! chère, aimable Louisa ! »

Alice vit que dans ce moment il doutait lui-même de la justesse de son opinion précédente sur les avantages de la fermeté de caractère ; qu’il trouvait enfin que, semblable à toutes les qualités de l’esprit, elle devait avoir ses bornes, et qu’un caractère docile qui se laisse quelquefois persuader, contribue bien plus au bonheur que l’opiniâtreté.

Ils avançaient rapidement, et la route leur parut de moitié plus courte que la veille, parce qu’ils appréhendaient l’arrivée ; il était cependant tout-à-fait nuit quand ils approchèrent d’Uppercross. Il y eut pour quelque temps un profond silence dans la voiture ; Henriette appuyée contre le panneau, son schall sur son visage, paraissait assoupie ; ni Alice ni le capitaine ne parlaient, quand en montant la dernière colline, il se trouva tout-à-fait de son côté, et lui dit à voix basse :

« J’ai réfléchi à la meilleure manière de préparer M. et M.e Musgrove à supporter leur malheur ; il ne faut pas qu’Henriette paraisse d’abord ; elle ne pourrait contenir sa