Page:Austen - La Nouvelle Emma T3.djvu/11

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


contraire, que quand l’occasion s’en présente, vous êtes aussi peu sincère que vos voisins. Mais il n’y a pas de raison de supposer l’instrument médiocre, si j’ai bien entendu l’opinion de mademoiselle Fairfax. »

« Allons, venez avec moi, dit madame Weston, si la chose ne vous est pas très-désagréable. Nous n’y resterons pas long-temps. En sortant de là, nous irons à Hartfield. Je désire beaucoup que vous veniez avec moi. On regardera cette démarche comme une marque d’attention ! J’ai toujours cru que telle était votre intention. »

Il n’avait rien à dire, et dans l’espérance de trouver sa récompense à Hartfield, il retourna avec madame Weston, chez madame Bates. Emma les suivit des yeux, jusqu’à ce qu’ils fussent entrés, et fut rejoindre Henriette au