Page:Austen - La Nouvelle Emma T3.djvu/197

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.







CHAPITRE XXXVI.


Emma n’eut pas besoin de réfléchir long-temps pour se rendre compte de la nature des sensations qu’elle avait éprouvées au sujet des nouvelles de Frank Churchill. Elle se convainquit bientôt que ce n’était pas pour elle-même qu’elle était inquiète, mais bien pour lui. L’attachement qu’elle sentait s’était réduit à bien peu de chose. Mais si lui, qui était le plus épris des deux, revenait avec les sentimens qu’il professait avant son départ, elle en ressentirait un vif déplaisir. Si une séparation de deux mois ne l’avait pas un peu refroidi, il y avait du danger pour elle ; il faudrait prendre des précautions, surtout ne lui donner aucune espèce d’encouragement, et écarter toute dé-