Page:Austen - La Nouvelle Emma T3.djvu/306

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



« Mais vous pouvez revenir demain de grand matin ? »

« Non, cela n’en vaudrait pas la peine : je serais de mauvaise humeur. »

« En ce cas-là, restez à Richemont. »

« Mais si j’y reste, je serai encore pire ; je ne pourrais supporter que vous allassiez tous à Box-Hill sans moi. »

« C’est à vous à choisir le degré de mauvaise humeur qui vous convient le plus : je ne vous presserai pas davantage. »

Le reste de la compagnie rentra. Quelques-uns donnèrent de grands signes de joie à la vue de Frank Churchill ; d’autres parurent assez indifférens : mais tout le monde fut très-affecté du départ de mademoiselle Fairfax. Il était temps que chacun s’en retournât chez soi ; c’est ce qui eut lieu après qu’on eut finalement arrangé la partie du lendemain. Frank Churchill