Page:Austen - La Nouvelle Emma T4.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mon esprit. Cela ressemble si peu à ce qu’un homme doit être. Rien de cette intégrité innée, de cet amour pour la vérité et les principes ; rien de ce souverain mépris pour les petitesses et les ruses, dont un galant homme doit se faire honneur dans toutes ses actions. »

« Maintenant, Emma, je dois le défendre ; car quoiqu’il ait eu tort en cela, il y a assez long-temps que je le connais pour répondre qu’il possède beaucoup de bonnes qualités ; et… »

« Bon Dieu ! s’écria Emma, qui ne l’écoutait pas, madame Smallridge aussi ! Jeanne sur le point d’aller chez elle en qualité de gouvernante ! Quelle marque de délicatesse ! de permettre qu’elle ait pensé à adopter une pareille mesure, même de souffrir qu’elle y songeât ! »

« Ma chère Emma, il l’ignorait ab-