Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
98
ORGUEIL

d’Elisabeth. Elle essaya souvent d’en dégoûter Darcy en parlant de leur mariage comme d’une chose à faire ; elle affectait aussi de lui proposer des plans et de lui vanter le bonheur qu’il trouverait dans cette union.

« J’espère, dit-elle en se promenant avec lui le lendemain, que vous ferez entendre à votre belle-mère, après cet heureux événement, les avantages qu’elle trouverait à se taire… ; et tâchez d’empêcher vos jeunes sœurs de courir après les officiers… ; et, si j’ose toucher un sujet aussi délicat…, dites à votre belle de se corriger de je ne sais quoi qui approche de l’impertinence.

» — Avez-vous quelque chose encore à me proposer qui puisse ajouter à mon bonheur domestique ?

» — Oui ! Faites placer le portrait de son oncle Philips dans votre galerie, à Pimberley ; mettez-le avec celui de votre grand-père le juge ; c’est la même profession, quoique dans des rangs différens. Quant à l’image chérie de votre