Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/177

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
173
ET PRÉVENTION

qu’elle ne put la déguiser, même en parlant à Bingley dont l’aveugle partialité l’impatientait.

Mais le chagrin était étranger au caractère d’Élisabeth, et quoique toutes ses espérances de plaisir pour cette soirée fussent détruites, elle ne s’en affligea pas long-temps. Ayant conté tous ses déplaisirs à Charlotte Lucas, qu’elle n’avait point vue depuis huit jours, elle fut bientôt en état de passer par une transition volontaire aux ridicules de son cousin, et se plut à les détailler à Charlotte.

Les deux premières contredanses, cependant, furent pour elle un nouveau tourment : M. Colins, gauche et cérémonieux, demandant excuse au lieu de faire attention, manquant les figures sans même le savoir, lui fit éprouver tout l’ennui que peut causer pendant deux mortelles contredanses le plus maussade des danseurs : s’en voir délivrée fut pour elle un bienheureux moment.

Après cela, dansant avec un officier, elle eut le bonheur de parler de Wickham,