Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
175
ET PRÉVENTION

pour danseur, la regardaient avec un étonnement au moins égal à celui qu’elle éprouvait elle-même. Ils furent quelque temps sans se parler : elle s’imagina que leur silence devait durer autant que les deux contredanses, et était résolue à ne pas le rompre. Mais tout à coup l’idée lui vint que la meilleure manière de contrarier son danseur serait de le forcer à causer ; elle lui fit donc quelques observations sur la danse, il lui répondit en peu de mots, et bientôt après elle lui adressa encore la parole.

» — Maintenant, M. Darcy, dit-elle, c’est à votre tour de parler ; j’ai fait mes remarques sur la danse, et j’attends les vôtres sur la grandeur du salon, le nombre des danseurs. »

Il sourit, et assura qu’il se ferait un plaisir de dire tout ce qu’elle voudrait.

« Très bien, cette réponse me suffit pour le moment ; tout-à-l’heure, peut-être, j’observerai que les bals de société sont plus agréables que les bals publics ;