Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/184

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
180
ORGUEIL

» — De livres ! non ; je suis sûre que nous ne faisons jamais, vous et moi, les mêmes lectures, ou du moins avec les mêmes sentimens.

» — Je suis fâché que vous pensiez ainsi, mais s’il en est comme vous le dites, nous pourrons toujours comparer nos opinions.

» — Non, à un bal, je ne saurais parler de livres ; j’ai l’esprit à tout autre chose.

» — Dans ces assemblées, dit Darcy, les objets présens sont-ils ceux qui vous occupent le plus ?

» — Oui, toujours, lui répondit-elle, sans trop savoir ce qu’elle disait : un autre sujet absorbait sa pensée ; et peu d’instans après elle le prouva, en s’écriant : Il me semble, M. Darcy, vous avoir ouï dire un jour, que vous ne pardonniez presque jamais ; que votre ressentiment était implacable ; sans doute vous êtes très-circonspect sur les motifs qui l’excitent.

» — Je le suis, dit-il d’une voix ferme.