Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/220

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
216
ORGUEIL

et M. Colins commence à dire qu’il ne veut plus de Lizzy.

» — Et que puis-je faire à cela ? C’est une affaire qui me paraît désespérée.

» — Parlez-en à Lizzy ; ordonnez-lui de l’épouser.

» — Qu’on me la fasse venir, je lui dirai mon sentiment. »

Mme Bennet sonna, et Élisabeth eut ordre de se rendre dans la bibliothèque.

« Approchez, ma fille ! s’écria le père dès qu’elle parut. Je vous ai fait appeler pour une affaire importante ; il paraît que M. Colins vous a demandée en mariage : cela est-il vrai ?

» — Oui, mon père.

» — Et vous l’avez refusé ?

» — Oui, mon père.

» — Nous voilà au but ; votre mère vous commande de l’épouser ; dis-je bien, Mme Bennet ?

» — Oui, ou de ma vie je ne la verrai.

» — Une alternative bien cruelle se présente à vous Élisabeth ; de ce jour