Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
226
ORGUEIL

rant toute la soirée, me semblait une épreuve pénible, et j’ai craint de m’exposer à faire quelque éclat au moins aussi désagréable pour les autres que pour moi-même. »

Elle approuva fort sa réserve ; tous deux ensuite purent à loisir prolonger l’entretien, en se témoignant dans le langage d’une politesse soutenue toute leur estime mutuelle ; car Wickham voulut, ainsi qu’un autre officier, les accompagner presque à Longbourn, et pendant la route, elle seule était l’objet de ses soins. Cette démarche de la part de Wickham, lui était d’autant plus agréable que par là, il lui donnait occasion de le présenter à M. et à Mme Bennet.

Peu après leur retour, on remit une lettre à Mlle Bennet ; elle venait de Netherfield, et fut sur-le-champ décachetée ; l’enveloppe contenait une jolie petite feuille de papier que couvrait jusqu’au bord une fine écriture de femme. Élisabeth observant sa sœur, la vit pâlir à cette lecture et ses yeux s’arrêter sur dif-