Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
230
ORGUEIL

cevoir de l’absence des trois que nous vous enlevons.

» — Vous entendez ? ajouta Hélen, n’est-il pas évident qu’il ne reviendra point cet hiver ?

» — Non, mais il est évident que Mlle Bingley n’entend pas qu’il revienne.

» — Que pourriez-vous en conclure ? n’est-il pas maître de lui-même ? nul n’a droit de le commander ; mais vous ne savez pas tout… je veux vous lire les passages qui me tiennent si fort à cœur… ; je ne puis vous rien cacher.

» M. Darcy est impatient de revoir sa sœur ; et, à dire vrai, nous ne le sommes guère moins que lui. Georgiana Darcy est son égale pour la beauté, les grâces et les talens : l’amitié qu’elle nous inspire à Louisa et à moi est d’autant plus vive, que nous espérons la pouvoir un jour nommer notre sœur. Je ne sais si je vous ai jamais confié mes espérances à ce sujet, mais je ne saurais quitter le pays sans vous en parler, et il me semble que vous ne les croirez pas trop dérai-