Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/238

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
234
ORGUEIL

voilà quitte envers elle, et il ne faut plus vous affliger.

» — Mais, ma chère Lizzy, supposons que tout aille selon nos désirs, puis-je vraiment être heureuse en épousant un homme contre le gré de ses sœurs et de ses amis ?

» — À vous seule appartient de décider ce point, dit Élisabeth ; et si, après de mûres réflexions, vous pensez que le chagrin de désobliger ses sœurs ne soit pas compensé pour vous, par le bonheur d’être sa femme, je vous conseille sans contredit de le refuser. »

Un faible sourire parut sur les lèvres d’Hélen et elle répondit :

« Pourquoi me parler ainsi, vous devez savoir que, quelque pénible que soit pour moi l’idée de les affliger, je ne pourrais hésiter.

» — Je n’ai pas cru que vous le voulussiez et, les choses étant ainsi, je ne vois pas que vous soyez fort à plaindre.

» — Mais, s’il ne revenait point cet hiver, je n’aurais point de choix à faire,