Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/242

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
238
ORGUEIL

succès, si le départ de M. Colins n’eût été si proche ; mais en cela elle ne rendait point justice au caractère indépendant de M. Colins ; car celui-ci, le lendemain, s’esquiva fort doucement de Longbourn et vint à Lucas-Lodge se jeter à ses genoux ; il eut soin d’éviter les regards de ses cousines, dans la croyance que si elles le voyaient sortir, elles devineraient aisément le motif de sa promenade ; et il n’eût voulu, pour rien au monde, que cette démarche fût connue avant le succès, quoiqu’il en fût presque assuré, et avec raison, Charlotte l’ayant passablement encouragé ; mais l’aventure du mercredi le rendait tant soit peu défiant. Sa réception cependant fut des plus flatteuses. Mlle Lucas l’aperçut comme il s’avançait vers la maison, et se hâta d’aller, comme par hasard, à sa rencontre dans l’avenue. Mais elle ne s’attendait pas encore à toute la tendresse et à toute l’éloquence qu’elle allait rencontrer.

Dans un aussi court intervalle que le permirent les longues phrases de M. Co-