Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/245

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
241
ET PRÉVENTION

seul parti honorable pour une fille bien née, mais peu riche, et quelque incertain qu’on fût d’y trouver le bonheur, c’était le meilleur préservatif contre le besoin ; à l’âge de vingt-sept ans, et n’ayant jamais été belle, elle sentait tout le prix d’une pareille rencontre. La circonstance la moins agréable dans cette affaire, c’était la surprise qu’elle causerait à Élisabeth Bennet, à l’amitié de laquelle elle tenait beaucoup : « Élisabeth, se disait-elle, me blâmera sans doute » ; et, bien que sa résolution ne pût être ébranlée, elle était affligée de ne pouvoir espérer l’approbation de son amie ; elle résolut donc de lui apprendre elle-même cette nouvelle, et, dans cette intention, dit à M. Colins, lorsqu’il retourna dîner chez Mme Bennet, de ne point parler à la famille de ce qui venait de se passer. Une promesse d’être discret fut faite sans peine ; la garder était chose un peu plus difficile, car la curiosité qu’avait excitée son absence, éclata dès qu’il fut de retour, par des questions si directes, qu’il