Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
55
ET PRÉVENTION

Mlle Bennet : il venait de Netherfield, et on attendait une réponse.

« Eh bien, Hélen, qui est-ce qui vous écrit ? Que vous dit-on ? Eh bien donc, Hélen, dépêchez-vous de lire ; allons, ma chère !

» — C’est de miss Bingley, dit Hélen, et elle lut à haute voix :


» Ma chère amie,

» Si vous n’êtes assez complaisante pour venir dîner avec Louisa et moi, vous nous mettrez dans le cas de nous détester le reste de nos jours ; car une journée de tête à tête entre deux femmes ne peut finir sans querelles. Venez après la réception de la présente. Mon frère et ces messieurs dînent avec les officiers. Toute à vous.

» Caroline Bingley.


» — Avec les officiers ! s’écria Lydia, je m’étonne que ma tante ne nous l’ait pas dit.

» — Ils dînent en ville, dit Mme Bennet, c’est bien malheureux !