Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
66
ORGUEIL

Je suis portée à croire que vous n’aimeriez pas à voir votre sœur se montrer dans un tel état ?…

» — Non, certainement.

» — Marcher trois milles, ou quatre, ou cinq, je ne connais pas bien la distance, dans la boue, et seule, toute seule, à quoi pensait-elle ? Il me semble que c’est montrer une bien sotte indépendance, le plus parfait mépris des convenances ; c’est être bien de la province !

» — Cet attachement pour sa sœur est fort estimable, dit M. Bingley.

» — Je crains beaucoup, M. Darcy, observa à demi-voix miss Bingley, que cette scène n’ait un peu diminué votre admiration pour ses beaux yeux ?

» — Pas du tout, répondit-il, l’exercice les avait rendus plus animés. »

Il y eut un moment de silence, après quoi Mme Hurst recommença :

« J’ai beaucoup d’amitié pour Hélen Bennet ; elle est vraiment charmante, et je désire de tout mon cœur la voir bien