Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/84

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
80
ORGUEIL

lés sont les plus amusans, ils ont du moins cet avantage.

» — La province, dit Darcy, doit généralement fournir peu pour une telle étude, la société y est si rétrécie !

» — Oui, mais le monde change et donne toujours matière à de nouvelles observations.

» — Sans doute ! s’écria Mme Bennet en entendant ce mot province, on est aussi bien pour cela en province qu’ailleurs. »

Tout le monde fut surpris ; et Darcy, jetant sur elle un regard de mépris, se retira à l’autre bout du salon. Mme Bennet, croyant l’avoir forcé au silence, continua d’un air triomphant :

« Je ne vois pas que Londres ait tant d’avantages sur la province si ce n’est la quantité de magasins et de places publiques. La campagne est bien plus agréable, n’est-il pas vrai, M. Bingley ?

» — À la campagne, répondit-il, je ne désire pas d’autre séjour, et à Londres,