Page:Austen - Orgueil et Prevention 1.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
92
ORGUEIL

vous suivriez probablement son conseil ; et s’il vous disait un mot de plus, vous pourriez bien rester un mois.

» — Par ceci vous nous faites voir, dit Élisabeth, que M. Bingley ne s’était pas rendu justice ; vous venez de nous montrer son caractère sous un point de vue beaucoup plus favorable qu’il ne l’avait fait lui-même.

» — Je suis charmé, dit Bingley, que vous preniez ce que mon ami dit de moi pour un éloge ; mais je crains bien que ce ne soit pas là sa pensée, car bien certainement il m’aimerait mieux si, dans une pareille circonstance, je refusais net et partais sur-le-champ.

» — Croirait-il donc l’étourderie de votre premier dessein réparée par l’entêtement que vous mettriez à le suivre ?

» — Je ne puis réellement vous expliquer cela ; il faut que Darcy le fasse lui-même.

» — Vous voulez que j’explique une opinion qu’il vous plaît d’appeler la mienne, bien que je ne l’aie pas adoptée ; mais en