Page:Austen Lady Susan Watson Letters.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


la fin, ses deux intrigues entrent en collision et sont détruites dans le conflit. “Lady Susan” prend en fin de compte elle-même par épouser l’homme qu’elle avait l’intention de sa fille de se marier. Sa fille épouse l’homme de sa mère espérait obtenir pour elle-même. L’intrigue est digne d’un roman français. Bien que le thème est d’une certaine répulsion, le lecteur se sent que l’écrivain a une raison morale en montrant la tromperie de capturer dans son propre piège. La froideur du récit exclut toute imputation sur la respectabilité extrême de l’auteur. Comme un simple exercice, les personnages ne sont guère mieux que de mettre des chiffres, mais sont décrits avec cette observation minutieuse, la sagacité et la perspicacité fine que l’auteur consacre à l’ensemble de ses héros et héroïnes sévèrement la pratique.

“Sense and Sensibility”, comme “Lady Susan”, fut d’abord composé sous la forme de lettres. Jane Austen a été sans doute l’exemple de Richardson, qu’elle regardait avec admiration sans bornes. Un des défauts de cette méthode, en plus de sa maladresse pour la narration, est illustrée par “Lady Susan”, dans lequel la méchante femme est faite pour écrire des lettres révélant son caractère propre et dessins avec une ouverture qui, en vertu d’un gouvernement paternel, pourrait lui causer des ennuis.