Page:Bégule - Les vitraux du Moyen âge et de la Renaissance dans la région lyonnaise.pdf/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
‹( 43 )›


Fig. 34. — L’Aigle
demande des symboles à la nature elle-même et s’efforce de retrouver, jusque dans les mœurs des animaux, l’ombre de la vie et de la mort de Jésus-Christ[1]. »

C’est bien là exactement la méthode adoptée et suivie par l’auteur du vitrail de la Rédemption, et le moindre doute ne saurait subsister sur la nécessité de rétablir l’ordre primitif des sujets avec l’intention symbolique que le treizième siècle avait su leur donner.

Fig. 35. — La Calandre


Cinquième Vitrail. — Vie de saint Étienne.

La vie de saint Étienne, diacre et martyr, deuxième patron de la cathédrale, devait occuper une place d’honneur après celle de saint Jean-Baptiste, aussi figure-t-elle immédiatement à côté de la fenêtre médiane. L’artiste, dans la suite de sept compositions historiques, a suivi à la lettre le récit des Actes des Apôtres.

Fig. 36. — Saint Étienne promu au diaconat

1° Saint Étienne est promu au diaconat (fig. 36). (Act., vi, 1-6.) Saint Pierre, revêtu du costume épiscopal du treizième siècle, ordonne le premier archidiacre de l’Église, en lui posant l’étole sur l’épaule et en le bénissant.

2° Saint Étienne distribue les aumônes : c’était l’une des fonctions confiées à son ministère. Ce sujet est moderne.

3° Saint Étienne prêche les Juifs (fig. 37) (Act, vi, 9-10) : le saint diacre répand la parole de Dieu dans le peuple et soutient une discussion avec les docteurs juifs, dont l’un a le bonnet pointu caractéristique.

  1. E. Mâle, l’Art religieux du treizième siècle en France, p. 57.