Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/286

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



COUPLETS
SUR
LA JOURNÉE DE WATERLOO


Air : Muse des bois et des accords champêtres (Air noté )


De vieux soldats m’ont dit : « Grâce à ta Muse,
« Le peuple enfin a des chants pour sa voix.
« Ris du laurier qu’un parti te refuse ;
« Consacre encor des vers à nos exploits.
« Chante ce jour qu’invoquaient des perfides,
« Ce dernier jour de gloire et de revers. »
— J’ai répondu, baissant des yeux humides :
Son nom jamais n’attristera mes vers.

Qui, dans Athène, au nom de Chéronée
Mêla jamais des sons harmonieux ?
Par la fortune Athènes détrônée
Maudit Philippe, et douta de ses dieux.
Un jour pareil voit tomber notre empire,
Voit l’étranger nous rapporter des fers,
Voit des Français lâchement leur sourire.
Son nom jamais n’attristera mes vers.