Page:Béranger, oeuvres complètes - tome 2.pdf/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mais la Charte encor nous défend ;
Du roi c’est l’immortel enfant :
        Il l’aime, on le présume.
...........
........... [1].
                Amis, c’est là,
                Oui, c’est cela,
        C’est cela qui m’enrhume.

Qu’ai-je dit ? et que de dangers !
Le ministre des étrangers,
        Dandin, taille sa plume.
On va m’arrêter sans procès :
Le vaudeville est né français.
                Amis, c’est là,
                Oui, c’est cela,
        C’est cela qui m’enrhume.

  1. On ne croit pas devoir rétablir ici les deux vers dont l’imprimeur exigea la suppression en 1821. L’auteur ne consentit à cette suppression que parce qu’il pressentit les interprétations malignes auxquelles elle donnerait lieu. Aussi Marchangy tonna-t-il contre ces deux lignes de points. Des points poursuivis en justice ! Il faut les conserver d’autant plus, que les deux vers supprimés ne seraient auprès qu’une froide épigramme.