Page:Béranger - Chansons anciennes et posthumes.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LA GAUDRIOLE


Air : La bonne aventure.


Momus a pris pour adjoints
            Des rimeurs d’école :
Des chansons en quatre points
            Le froid nous désole.
Mirliton s’en est allé.
Ah ! la muse de Collé,
            C’est la gaudriole,
                    Ô gué,
            C’est la gaudriole.

Moi, des sujets polissons
            Le ton m’affriole.
Minerve dans mes chansons
            Fait la cabriole.
De ma grand’mère, après tout,
Tartufes, je tiens le goût
            De la gaudriole,
                    Ô gué,
            De la gaudriole.

Elle amusait à dix ans
            Son maître d’école.
Des cordeliers gros plaisants
            Elle fut l’idole.
Au prêtre qui l’exhortait,
En mourant elle contait
            Une gaudriole,
                    Ô gué,
            Une gaudriole.

C’était la régence alors ;
            Et, sans hyperbole,
Grâce aux plus drôles de corps,
            La France était folle.
Tous les hommes plaisantaient ;
Et les femmes se prêtaient
            À la gaudriole,
                    Ô gué,
            À la gaudriole.

On ne rit guère aujourd’hui.
            Est-on moins frivole ?
Trop de gloire nous a nui ;
            Le plaisir s’envole.
Mais au français attristé
Qui peut rendre la gaîté ?
            C’est la gaudriole,
                    Ô gué,
            C’est la gaudriole.

Prudes, qui ne criez plus
            Lorsqu’on vous viole,
Pourquoi prendre un air confus
            À chaque parole ?
Passez les mots aux rieurs :
Les plus gros sont les meilleurs
            Pour la gaudriole,
                    Ô gué,
            Pour la gaudriole.