Page:Béranger - Chansons anciennes et posthumes.djvu/578

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



AVIS


Air : Ce magistrat irréprochable.


Bonheur, faut-il que je finisse
Sans t’avoir jamais rencontré ?
Disait, mourant dans un hospice,
Un pauvre obscur, quoique lettré.
Un doux fantôme à lui se montre :
— Je suis le Bonheur ; oui, c’est moi.
Sans s’en douter tel me rencontre
Qui me suppose un train de roi.