Page:Bérillon - La psychologie de la race allemande, 1917.djvu/21

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
19
la psychologie de la race allemande

de la nuque ; l’épaississement de la taille, qui a souvent donné l’impression de la carrure dorsale du gorille, et, enfin, le développement exagéré de la région fessière.

La seconde de ces particularités explique l’emploi si fréquent des corsets de contention chez les officiers et chez les étudiants.


Bérillon - La psychologie de la race allemande, 1917 (page 21 crop).jpg

Fig. 11. — Lisell, la colonelle de l’escadron des buveurs de café (xviie siècle).

La troisième est si manifeste que dans nombre de nos villes de province, quand l’idée vient d’aller se promener dans les parages où des prisonniers allemands sont employés, on dit à son voisin : « Ne venez-vous pas avec nous voir les gros… derrières ? » Pour être exprimée sous une forme plaisante, cette idée n’en correspond pas moins à l’objectivité d’une disposition anatomique spéciale. C’est assurément à la même constatation que remonte l’habitude, déjà ancienne dans beaucoup de pays, de désigner la région fessière sous le nom de prussien.