Page:Ballin - Le Mahâbhârata, vol2.djvu/384

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




CHAPITRE XXXII


RÉCIT RELATIF À L’EXPIATION


Argument : Vyâsa indique à son petit-fils, ce qu’il convient qu’il fasse.


1135. Vaiçampâyana dit : L’ascète Krishnadvaipâyana, connaisseur des devoirs, parla au roi Youdhishthira, qui pleurait et restait silencieux.

1136. Vyâsa dit : La protection des sujets est le devoir des rois, ô homme aux yeux de lotus. Pour celui qui (veut) accomplir ses devoirs, le devoir est la loi (suprême) du monde.

1137. Alors, ô roi, suis les traces de ton père et de tes ancêtres. Pour le brahmane, rascétisme est le devoir constamment prescrit par les védas.

1138. Ô excellent Bharatide, c’est la règle éternelle des brahmanes. Le kshatriya doit protéger, en totalité, (l’accomplissement) de ce devoir.

1139. Celui qui, lui-même abandonné à la volupté, résiste aux (justes) commandements, et trouble la marche (régulière) du monde, doit être arrêté par le bras du roi.

1140. Si un fou, qu’il soit serviteur, fils ou ascète, fait dégénérer l’autorité en désordre,

1141. Il faut réprimer ces maux par tous les moyens possibles, ou bien (leur auteur) doit disparaître. Le roi qui agirait autrement, commettrait une faute.